Vous êtes dans : L'Alinéa > Le bref été de l'anarchie

Couverture

recto / verso

Le bref été de l'anarchie

Gencod
9782070130481
  • Gallimard  - L'imaginaire - N° 601
  • 06 Septembre 2010
  • Littérature Allemande
  • Traduit par Jumel, Lily de Allemand
  • 420 pages, 19 X 12.5 cm, 412 grammes 
Prix : 11.20 €
livre en stock, nous pouvons vous le réserver

Nous avons sélectionné cet article dans : Littérature, Une histoire de l'Espagne au XXème siècle en BD

Si H. M. Enzensberger a choisi de nommer « roman » cette vie de Durruti, ce n'est pas par excès de modestie, encore moins par ironie. Un souci de rigueur l'y conduit, rigueur ni plus ni moins paradoxale que l'entreprise du livre même. S'en expliquant, l'auteur justifie du même coup le parti qu'il a pris de « raconter » cette vie par le seul moyen d'un assemblage de documents : extraits de reportages, discours, tracts, brochures, Mémoires, interviews de témoins survivants, sans jamais intervenir directement dans le récit. Cette vie n'est écrite par personne, et pour cause. Aucun écrivain ne se serait risqué à l'écrire : elle ressemble trop à un roman d'aventures. Roman de collage donc, reconstitution toujours fragmentaire, à la fois lacunaire et trop riche, « contradictoire », toujours ramenée aux incertitudes scintillantes de la tradition orale : roman de Durruti, où l'Histoire apparaît comme « fiction collective ». La nécessité de ce procédé narratif se manifeste à chaque page. Elle tient certes à la personne de Durruti lui-même, qui, avant de devenir l'un des chefs militaires de la guerre civile, fut, en Espagne et hors d'Espagne, l'auteur d'attentats, d'attaques de banques et d'enlèvements, tous actes par définition clandestins, et dont il serait vain d'attendre de quiconque l'exacte relation. Elle tient aussi, au-delà de la personne de Durruti, à la nature même du combat anarchiste. « Là où les masses prennent elles-mêmes leurs affaires en main au lieu de les confier à des dirigeants politiques, il n'est pas habituel de publier des comptes-rendus de séances. On relate rarement par écrit ce qui se déroule dans la rue », dit Enzensberger. Ainsi en est-il par exemple de la guérilla urbaine entretenue par les « Solidarios » à Barcelone dans les années 1923-1926. Ainsi en est-il encore, dans un tout autre contexte, des quelques mois de 1936 au cours desquels les anarchistes d'abord vainqueurs devaient finir par s'effondrer sous les coups de la coalition des partis bourgeois, des sociaux-démocrates et du parti communiste espagnol ; « bref été de l'anarchie ». Durruti, lui, meurt en novembre.

Hans Magnus Enzensberger est né en 1929 à Kaufbeuren en Bavière. Docteur en philosophie et éminent représentant de la poésie allemande contemporaine, H.M. Enzensberger est aussi romancier, traducteur, journaliste et essayiste. Analyste critique des médias, il s’est notamment illustré par ses études consacrées aux liens qui unissent violence et politique (Les Rêveurs de l’absolu, Allia, 1998).

Les dernières parutions de : Hans Magnus Enzensberger

nous commandons chez l'éditeur délai moyen 4 jours
nous commandons chez l'éditeur délai moyen 4 jours
livre
numérique