"Quelle profonde inquiétude, quel désir d’autre chose,

Autre chose qu’un pays, qu’un moment, qu’une vie,

Quel désir, peut-être d’autres états d’âme…"

 

S’exclamait Fernando Pessoa sous le masque d’Álvaro de Campos. En portugais aussi, le désir nous relie aux étoiles. Tout droit tombé des astres et des regrets latins : desiderare qui vient de sidus, sideris.
Comme un ciel étincelant d’absences. Une aimantation vitale. Un souhait ancestral, jamais élucidé, jamais rassasié, jamais exaucé.

Alors oui, après L’Ardeur, La Beauté et Le Courage, voici venu le Printemps du Désir.

Des longs désirs de Louise Labé aux désirs obstinés d’Olivier de Magny. Du désir de gloire des chansons de geste jusqu’au rude chemin des plus hauts désirs de René Daumal. De l’anéantissement, qui mène au rien du nirvana, jusqu’au désir sans fin d’Éros.

Depuis le grand désir du plaisir admirable de Pernette du Guillet jusqu’au fragile et subreptice désir de vivre d’Alejandra Pizarnik, en passant par l’amour réalisé du désir demeuré désir qu’est le poème pour René Char. De Philippe Desportes, qui entendait Avoir pour tout guide un désir téméraire, jusqu’au plus sentimental spleen d’Alain Souchon, qui nous a mis en tête refrains et souvenirs : Mon premier c’est Désir

Du Cantique des cantiques aux désirs éperdus de ce troisième millénaire menacé, tout reste à fleur de mots.

Et à oser ensemble, au plus intime de soi.

Dernière révolution du XIXe siècle et symbole d'une histoire populaire tragique, la Commune de Paris, période insurrectionnelle durant laquelle les Parisiens furent maîtres de la capitale, a duré 72 jours, du 18 mars au 28 mai 1871, avant d’être violemment combattue par le gouvernement républicain lors de la Semaine sanglante. 

George Orwell est tombé dans le domaine public le 1er janvier 2021. Les maisons d'éditions s'en sont donc données à cœur joie : on compte depuis le début de l'année pas moins de 4 bande-dessinées adaptées du roman majeur de George Orwell, 1984.

L'occasion de redecouvrir cet auteur majeur à travers ses différentes oeuvres et ses nouvelles adaptations.

Coffret Fondation
Les 19 volumes de la Série du Centenaire

À l’occasion de leurs 100 ans d’édition, Les Belles Lettres ont rendu hommage tout au long de l’année 2019 aux classiques publiés dans les collections fondatrices de la maison. Que vous les connaissiez ou non, les textes réunis dans la Série du Centenaire célèbrent le plaisir toujours neuf de la lecture. Vous y croiserez des histoires d’amour et d’héroïsme mais aussi des métamorphoses antiques, vous y apprendrez comment bien régner et comment vous détacher de vos soucis de mortels, vous y contemplerez la nature en philosophe et en poète.

Les livres du Centenaire rassemblés dans ce coffret d’exception numéroté, se présentent en traduction seule, illustrée par de jeunes artistes contemporains et dans le format emblématique des Belles Lettres (12 x 19 cm). L’occasion de réunir sous le même toit Ovide, Machiavel, Apollonios de Rhodes, Homère, Lucrèce, Épictète, l’Anthologie grecque, Lucien, Hésiode, Xénophon, Ésope, Érasme, Anne Comnène, Élien, Procope, Thucydide, Éginhard, Confucius et Hippocrate.

Pour consulter en détail les différents volumes de la Série du Centenaire contenus dans le coffret, cliquez sur ce lien.

Édition limitée – Coffret cartonné à fermeture aimantée, marquage or à chaud. Numéroté de 1 à 300.

empty